fadasse

fadasse [ fadas ] adj.
• 1755; de fade
Fam. Qui est d'une fadeur déplaisante. Plat fadasse. insipide. Une chevelure d'un blond fadasse. 1. terne. « Votre poésie subjective sera toujours horriblement fadasse » (Rimbaud). 1. plat. N. f. FADASSERIE , 1756 .

fadasse adjectif Qui manque totalement de goût : Une sauce fadasse. Qui manque d'éclat : Une blonde fadasse. Familier. Qui manque d'intérêt, de piquant : Une histoire fadasse.fadasse (synonymes) adjectif Qui manque totalement de goÛt
Synonymes :
- douceâtre
- écoeurant
Qui manque d'éclat
Synonymes :
Familier. Qui manque d'intérêt, de piquant
Synonymes :

fadasse
adj. Péjor. D'une fadeur déplaisante. Des cheveux blond fadasse.

⇒FADASSE, adj.
Péj. et fam. Assez fade; d'une fadeur déplaisante.
A.— [Correspond à fade1 A 1] Anatole. — Vous aviez soif, je crois, mademoiselle; voulez-vous un verre d'eau sucrée à la fleur d'oranger?... La demoiselle. — Oh! c'est bien fadasse! j'aimerais mieux un grog américain (KOCK, Compagnons Truffe, 1861, p. 94). Quand les vautours se rassemblent sur le charnier? Que l'odeur en monte toute fadasse? (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 548).
B.— Au fig. Qui manque de vie, de relief, d'intérêt.
1. [Correspond à fade1 B 1] On n'accepte pas si vite un nouveau mode de vie. Celui que l'on me propose me semble assez fadasse (H. BAZIN, Mort pt cheval, 1949, p. 30).
2. a) [Correspond à fade1 B 2 a] Il n'a connu que des femmes pâles, fadasses, comme elles sont toutes dans le nord; une fille brune, svelte, jeune comme moi, ça lui a réchauffé le cœur (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 39). C'était jeunet, sans vice ni vertu, sans idée de grand'chose. Un tendron blondin, fadasse, qui faisait penser à un gâteau mal cuit (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 35).
Subst. C'est une blonde, une grande fadasse (LITTRÉ).
b) P. méton. [Correspond à fade1 B 2 b] Elle [Valentine Chessenet] se maquille en rose, se poisse les cils au mascara... sans arriver à tonifier sa fadasse anémie (COLETTE, Cl. s'en va, 1903, p. 21). Edmond Pillon (...) sa tête rouge et fadasse mal posée sur les épaules (LÉAUTAUD, Journal littér., 2, 1908, p. 333).
En partic., domaine littér. et artistique. Commencé les fadasses « nouvelles » de Mme de Saint-M. (...). Comment avaler toutes ces meringues sans vanille? (BARB. D'AUREV., Mémor. 2, 1838, p. 361). Ils [les imitateurs de Lamartine] ont une manière ascétique et fadasse. Un style efféminé, sans montant, sans audace (POMMIER, Crâneries, 1842, p. 158). Des amateurs graves acceptent pour authentiques ces petites peintures fadasses (GONCOURT, Art XVIIIe s., 1880-82, p. 191).
Rem. La docum. atteste fadasserie, subst. fém., rare. Caractère de ce qui est fadasse; p. méton. chose fadasse. C'était dégoûtant à respirer cet air-là, même la nuit, tellement l'air restait tiède, marine moisie. Toute cette fadasserie portait au cœur, avec l'odeur de la machine en plus (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 187).
Prononc. et Orth. :[fadas]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1755 « qui est fade, sans éclat; insipide » (COLLÉ, Journ. II, 7 ds BRUNOT t. 6, p. 1307 : aussi fadasse que nos princesses); 1838 « qui manque d'intérêt » (BARB. D'AUREV., Memor. 2, p. 261 : on s'étonne que le même homme ait fait cette platitude fadasse de « Jocelyn »). Dér. de fade; suff. -asse. Fréq. abs. littér. :14. Bbg. RITTER (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 420.

fadasse [fadas] adj.
ÉTYM. XVIIIe; de 1. fade, et suff. péj. -asse.
1 Fam. Qui est d'une fadeur déplaisante. || Plat d'un goût fadasse.
2 (XIXe). Qui manque d'éclat. Terne. || Une chevelure d'un blond fadasse.N. || Une grande fadasse.
3 (1871). Fig. Qui manque d'intérêt. || Une opérette bien fadasse. Plat.
1 (…) votre poésie subjective sera toujours horriblement fadasse.
Rimbaud, Correspondance, À G. Izambard, 13 mai 1871.
2 Ces amourettes, qu'on aime tant à rencontrer dans un livre, et dont je dis : Est-ce joli ! gâchent tous les grands espoirs avec leur parfum fadasse.
Bernanos, Appendices, in Œ. roman., Pl., p. 1733.
DÉR. Fadassement, fadasserie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fadasse — (fa da s ) adj. Néologisme trivial. Qui a quelque chose de fade au point d entraîner le dégoût.    Substantivement. C est une blonde, une grande fadasse. ÉTYMOLOGIE    Fade …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FADASSE — adj. des deux genres Qui donne une certaine impression de fadeur. Il est familier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • fadasse — adj., => Fade …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • fadasserie — fadasse [ fadas ] adj. • 1755; de fade ♦ Fam. Qui est d une fadeur déplaisante. Plat fadasse. ⇒ insipide. Une chevelure d un blond fadasse. ⇒ 1. terne. « Votre poésie subjective sera toujours horriblement fadasse » (Rimbaud). ⇒ 1. plat. N. f.… …   Encyclopédie Universelle

  • -asse — Suffixe donnant une valeur péjorative (ex. mollasse, dégueulasse). ⇒ ACE, ASSE, suff. Suff. à valeur augm. ou péj., formateur d adj. et de subst. A. Ajoute ordinairement une nuance soit augmentative (idée d abondance), soit péjorative 1.… …   Encyclopédie Universelle

  • -acé — ⇒ ACE, ASSE, suff. Suff. à valeur augm. ou péj., formateur d adj. et de subst. A. Ajoute ordinairement une nuance soit augmentative (idée d abondance), soit péjorative 1. Augmentative a) Substantif : bannasse « grand panier » (banne)… …   Encyclopédie Universelle

  • fade — [ fad ] adj. • XIIe; lat. pop. °fatidus, class. fatuus « fade », d apr. sapidus; cf. saveur 1 ♦ Qui manque de saveur, de goût. Aliment, boisson fade. ⇒ insipide; douceâtre, écœurant. Il aime la cuisine épicée, ici tout lui paraît fade. Qui… …   Encyclopédie Universelle

  • fadé — fade [ fad ] adj. • XIIe; lat. pop. °fatidus, class. fatuus « fade », d apr. sapidus; cf. saveur 1 ♦ Qui manque de saveur, de goût. Aliment, boisson fade. ⇒ insipide; douceâtre, écœurant. Il aime la cuisine épicée, ici tout lui paraît fade. Qui… …   Encyclopédie Universelle

  • fadassement — [fadasmɑ̃] adv. ÉTYM. 1889, Barbey d Aurevilly; de fadasse. ❖ ♦ Rare. D une manière fadasse. ⇒ Fadement …   Encyclopédie Universelle

  • Le Loup Des Steppes — (Der Steppenwolf) est un roman écrit par Hermann Hesse et publié pour la première fois en 1927. Chef d’œuvre de la littérature du 20e siècle, interdit sous le régime nazi, ce roman a marqué son époque et reste aujourd hui une œuvre essentielle.… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.